Un apport excessif de sel représente un risque sérieux pour la santé, c’est pourquoi nous devons faire attention à nos habitudes alimentaires. Lorsqu’il s’agit des enfants, il est nécessaire de prendre quelques précautions supplémentaires pour leur garantir un apport adéquat en sel, une substance dont nous abusons trop souvent.

C’est la dose qui fait le poison

Hypertension artérielle, problèmes cardiovasculaires et obésité sont les principaux risques liés à une consommation excessive de sodium, le principal constituant du sel. Pour prévenir ces pathologies, il est bon de faire attention à la quantité de sodium consommée, non seulement par les adultes, mais aussi par les enfants.

Étant donné que les doutes sur l’utilisation du sel dans l’alimentation des enfants sont très courants (et absolument légitimes), essayons d’en éclaircir certains.

À partir de quel âge peut-on ajouter du sel dans les aliments ?

Si, en goûtant la purée préparée pour vos enfants, elle vous semble fade, ne cédez pas à la tentation d’ajouter même une pincée de sel !

Avant 9 mois, le sel ajouté est absolument à éviter car les reins ne sont pas encore prêts à gérer cette substance. Selon les pédiatres, il est préférable de retarder l’introduction du sel dans l’alimentation après la première année.

Les enfants ont besoin de quantités très réduites de sel, qui sont satisfaites dans les premiers mois de vie grâce au lait maternel ou au lait infantile. Les produits de sevrage n’en contiennent pas, et il est bon que les parents limitent autant que possible la quantité de nourriture riche en sel offerte aux enfants.

Lire aussi :  Mon enfant ne veut jamais boire de l'eau : Découvrez les astuces pour l'encourager

Ne désespérez donc pas si la purée vous semble peu savoureuse, les enfants aiment les saveurs délicates et il est préférable de ne pas les habituer dès le plus jeune âge à des aliments trop salés.

Quelle quantité de sel ajouter à la purée ?

Après la première année de l’enfant, il est possible de commencer à ajouter progressivement du sel, en veillant à ne pas en abuser. Voici les quantités recommandées par le Département de la santé et de l’assistance sociale britannique :

  • Jusqu’à 12 mois : moins de 1 g de sel par jour (moins de 0,4 g de sodium).
  • De 1 à 3 ans : 2 g de sel par jour (0,8 g de sodium).
  • De 4 à 6 ans : 3 g de sel par jour (1,2 g de sodium).
  • Après 7 ans : 5 g de sel par jour (2 g de sodium).

À partir de sept ans, les enfants ne devraient pas consommer plus de cinq grammes (une cuillère à café) de sel par jour, comme recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les adultes également.

Attention au sel caché

Le sel se cache souvent dans les aliments que nous achetons couramment. Le sodium se trouve dans des aliments tels que :

  • Lait de vache,
  • Fromages, surtout ceux affinés,
  • Viande,
  • Poisson,
  • Pain, crackers, grissinis,
  • Charcuterie et, plus généralement, toute la viande transformée,
  • Céréales pour le petit-déjeuner,
  • Sauces comme le ketchup et la mayonnaise.

Au supermarché, il est bon de consulter les tableaux nutritionnels. Si à la place du sel, la valeur du sodium est indiquée, rappelons-nous que les aliments contenant plus de 0,6 gramme de sodium pour 100 grammes sont considérés comme riches en sel et doivent donc être évités.

Lire aussi :  Est-ce que votre enfant est hyperactif ? Les signes à surveiller

saler plat

Comment remplacer ou réduire l’apport de sel dans l’alimentation des enfants ?

En cuisine, il existe plusieurs alliés pour réduire significativement l’utilisation du sel. Pour rehausser le goût d’un plat, il est possible d’utiliser des épices, des herbes aromatiques, du citron, de l’oignon et de l’ail.

Voici quelques conseils supplémentaires :

  • Limiter l’achat de plats préparés.
  • Bien rincer les légumes et légumineuses en conserve avant de les consommer, en privilégiant toujours les produits frais.
  • Apprendre à lire les étiquettes pour choisir les produits les moins salés.
  • Cuisiner les pâtes sans ou avec peu de sel, ou saler uniquement la sauce.
  • Limiter la consommation de viande transformée comme les saucisses et la charcuterie.
  • Limiter l’achat de chips et autres snacks salés.

Le meilleur conseil reste de donner le bon exemple à ses enfants en choisissant des aliments peu salés et sains pour toute la famille.

Author

En tant que maman d'un petit garçon de trois ans, j'explore chaque jour les joies et les défis de la maternité. Sur Le Plaisir d'Apprendre, je partage avec humour et tendresse nos aventures, espérant inspirer et soutenir d'autres parents.

Comments are closed.