La période des 2 ans, souvent appelée “terrible two”, est une phase de développement durant laquelle les enfants découvrent le monde et commencent à s’affirmer. Cette étape importante peut parfois être éprouvante pour les parents qui doivent faire face aux caprices, colères et bêtises d’un jeune enfant. Comment doit-on réagir et les accompagner durant cette phase cruciale ? Nous vous proposons des conseils pour mieux gérer ces situations.

Comprendre les besoins de l’enfant

Entre 18 mois et 3 ans, l’enfant développe ses capacités, apprend à parler et exprime ses émotions. C’est une période d’expérimentation intense où il veut tout toucher et tout essayer. Pour mieux cerner son comportement et ses motivations, il est important de comprendre ses besoins et ses limites. Ils sont souvent à l’origine des bêtises ou des crises qu’il peut causer.

  • Besoin d’autonomie : L’enfant veut réaliser les choses par lui-même et tester ses compétences. Il peut refuser l’aide des adultes et se frustrer lorsqu’il n’y parvient pas.
  • Besoin de repères : Les règles et les routines rassurent l’enfant et lui permettent de savoir ce qu’on attend de lui.
  • Besoin d’être compris : L’enfant exprime aussi sa frustration lorsqu’il a du mal à communiquer ses besoins et ses envies.

Réagir de manière appropriée aux bêtises

Face aux caprices ou colère, l’essentiel est de garder son calme et de lui montrer qu’on comprend ses frustrations. Voici quelques conseils pour y parvenir :

  • Identifier l’origine du problème : Essayez de déceler la cause de la bêtise : est-ce un besoin non assouvi, une frustration, un envie ou autre ? Cela aidera à réagir de manière adaptée.
  • Faire preuve d’empathie : Prenez le temps de vous mettre à sa place et de considérer ses émotions. Reconnaître ses sentiments permet souvent de désamorcer les crises.
  • Restaurer le dialogue : Tentez de renouer le contact avec votre enfant en lui parlant calmement, sans hausser le ton. Expliquez-lui les conséquences de ses actes et offrez des solutions adaptées.
  • Fixer des limites : Il est nécessaire d’établir des règles claires et cohérentes pour éviter les débordements futurs.
Lire aussi :  Sommeil : Mon enfant ne s'endort pas sans moi, que faire ?

En cas de conflits entre frères et sœurs

Lorsque les disputes éclatent entre enfants, il peut être tentant d’intervenir immédiatement. Pourtant, il est souvent préférable de laisser les enfants régler leurs conflits entre eux et d’intervenir seulement lorsque cela est nécessaire (violence physique, dénigrement, etc.). Bien évidemment, il faudra leur enseigner les outils pour résoudre leur différend de manière pacifique.

Gérer l’apparition d’amis imaginaires

Avoir un ami imaginaire est une étape normale du développement de l’enfant. Il faut respecter cet univers créé par l’enfant et ne pas le stigmatiser. Vous pouvez lui demander de vous parler de son ami imaginaire pour qu’il puisse exprimer ses pensées et ses besoins tout en consolant qu’il sait que ce personnage n’est pas réel.

Soutenir les enfants hypersensibles

L’hypersensibilité se manifeste chez certains enfants par des émotions exacerbées, une faible tolérance à la frustration ou une intuition développée. Voici quelques pistes à suivre pour accompagner au mieux ces enfants :

  • Accepter leur sensibilité : Ne cherchez pas à changer leur nature profonde. Valorisez plutôt leurs qualités liées à cette sensibilité (empathie, créativité, générosité…).
  • Offrir un cadre rassurant : Les routines et les rituels sécurisent les enfants hypersensibles. Encouragez-les également à se repérer dans leur environnement et à anticiper les événements qui pourraient les perturber.
  • Gérer la surstimulation : L’hyperstimulation peut provoquer des crises chez ces enfants. Apprenez-leur à se concentrer sur un seul élément (respiration, bruit ambiant, visualisation…) et à se recentrer.
  • Valoriser leur estime de soi : Les enfants hypersensibles peuvent se montrer trop exigeants avec eux-mêmes. Offrez-leur des opportunités pour exprimer librement leurs talents et valorisez leurs efforts et leurs progrès.
Lire aussi :  Zozotement chez les jeunes enfants : Quand faut-il s'inquiéter ?

En somme, face aux bêtises et comportements difficiles d’un enfant de 2 ans, il faudra garder son sang-froid, comprendre ses besoins et le soutenir dans cette étape cruciale de son développement. Il est également essentiel d’adopter une communication bienveillante tout en fixant certaines limites pour établir un cadre rassurant.

Author

Je suis Camille, mère d'une fille de six ans et d'un fils de quatre ans, vivant les hauts et les bas de la parentalité avec un cœur ouvert et un esprit pragmatique. Sur Le Plaisir d'Apprendre, je partage nos expériences, cherchant à offrir soutien et inspiration à d'autres familles.

Comments are closed.